Propriétaire de dante

Nouveau

Musarder…

20130721_010547_p

Nous avons musardé, pris la route vers une région que je connais fort bien… Et nous avons découvert un endroit magique, vanté par des Amies qui avaient eu la chance d’y pénétrer.

Comme toujours c’est une joie de retrouver des visages connus, et un plaisir de faire d’autres rencontres. On ne le dira jamais assez, vivre hors du virtuel c’est la vraie vie, n’est-ce pas? Les humains sont là, de l’autre côté de l’écran, et sous les pseudos il y a des regards, des voix, de l’humour, de la générosité…

La Muse Lierre est de ces endroits gardés secrets, partagés pour des moments de folie, de joie, de vibrations. Et cette soirée, cette nuit là furent à la hauteur de nos espérances, et même au-delà.

Nos Hôtes furent pareils à eux-mêmes : d’une grande générosité, d’une simplicité qui cache avec élégance toute la complexité d’une telle organisation. Mettre à disposition un tel endroit, ouvrir ses portes, offrir un tel service grâce à 3 serviteurs exemplaires… Une part de rêve à 1h10 de chez N/nous…où nous reviendrons, le plus souvent possible.

Et toi, Ma tendre chose, tu étais tel un petit enfant, impatient et inquiet, les yeux grands ouverts (au début…), et ravi de pouvoir découvrir ces lieux où tu laisseras échapper des cris et des larmes…

De salle en salle, nous irons au fond des choses…tout au fond.

Et nous y reviendrons, pour N/notre plus grand plaisir à tous les 2.

Merci encore à Miss Lilith et Hellraiser pour ces heures passées dans ce lieu magique qui est le leur…

20130721_010506_p

Publicités

Coming back !

1011149_10151707244152240_338208496_n

Il était temps et plus que temps !

Au Diable vauvert certaines choses et quelques ombres.

Je n’ai jamais pu m’empêcher d’écrire, et le faire tous volets fermés et porte close était certes une étape à franchir, mais il suffit ! Contrairement à certaines rumeurs entendues de ci de là….N/nous ne sommes ni morts ni revenus à la vie purement vanille, que le choeur des Vierges Folles de notre Chère Dame Juliette m’en soit témoin !

Diverses soirées ces derniers mois, des dîners de Maîtresses, hivernaux et printaniers,  entre amies et c’est le cercle des connaissances réelles qui s’élargit. Et des vibrations si particulières et nécessaires…
Hier, un munch lillois qui m’a procuré une soirée emplie de très bons moments, de conversations intéressantes, agréables, et comme toujours, le plaisir de retrouver des personnes amies, connues, et de pouvoir mettre des visages sur des « noms de scène ».

En court comme en long : il n’est pas dit que nous serons enterrés ce jour !

Au loin, les mauvais rêves et autres désagréments, il y a tant de choses à vivre…

1044984_475468642536223_1958539497_n

Des Roses…

Nous sommes sortis de notre relative léthargie, celle qui immerge les nouveaux parents que nous sommes…

Nous avons parcouru quelques centaines de kilomètres, pour retrouver, dans la joie, les amis qui en cette nuit de fin d’été allaient échanger la plus belle promesse, celle de l’Amour.

Moments magiques et passionnés, moments émouvants, tendres et drôles,

Des mots qui seront en nos mémoires, des serments emplis de respect, d’amour, d’infinie tendresse…

N/nous y étions, et N/nous n’aurons pas assez de mots pour dire combien cela fut beau.

Il reste des photos, des souvenirs, des pétales…

Longue vie et long chemin parsemé de joie et de roses à Lady Devilish et sunshine.

Et merci pour ces portraits que nous avons pu faire grâce à Oriane, la photographe qui a immortalisé cette nuit magique.

En silence…

Vous étiez entière,

Fidèle, aux êtres que vous aimiez,

Fidèle, à vos idées,

Fidèle, à vous-même…

Au fil du temps, depuis 2 ou 3 années,

Nous avions échangé, correspondance électronique,

J’avais votre numéro de téléphone, mais moi qui ne suis pas fan de cet engin,

Je n’avais jamais osé vous appeler…

Et puis vous aviez été si heureuse d’apprendre cette future naissance

Qui allait illuminer ma vie et celle de dante…

Vous aviez choisi pour notre fille deux jolis cadeaux,

Que vous m’aviez envoyés, parce que vous vouliez participer à notre joie,

Depuis, un petit body rose et un joli hochet hérisson, tout doux, sont comme votre présence dans la chambre

D’une petite demoiselle qui, hélas, ne vous connaîtra jamais…

Vous êtes partie, dans un souffle, vous excusant presque de nous laisser,

Ne souhaitant pas déranger, ne souhaitant pas que nous parlions de vous au passé…

Alors, je vais respecter votre désir, et ne pas donner ici le nom que vous portiez,

Ni celui de la Scène, ni celui de l’amitié…

Mais je pense aussi au petit chat noir,

Qui va vous attendre…

Un grand cœur a cessé de battre,

Une flamme s’est éteinte,

Et j’ai vraiment beaucoup de peine…

R.A.S.

Le titre dit tout…

Vivement le mois de septembre et la Suisse…

Nettoyage de Printemps…

Photo : Sara Saudkauva, assistante de Jan Saudek.

Je n’ai jamais été friande de peau lisse, de rasage total, en complète contradiction avec pas mal de « règles » (idiotes…) qui voudraient l’homme soumis glabre de partout.

Que voulez-vous, moi, Mon mâle, je l’aime avec tous ses attributs, y compris ceux-là! Je pense malgré tout que là, un bon nettoyage de printemps va s’imposer. Et que je sens que cela sera une agréable façon de fêter l’éclosion de tous les bourgeons…

Et hop !


Love in Paris…

Trois jours à Paris, quoi de mieux que la Ville Lumière pour fêter la Saint Sylvestre?

Nous avons bravé le vent et la pluie souvent réunis pour effrayer les touristes peu rassurés…

Mais comment aurais-je pu avoir peur tandis que tu faisais rempart contre le mauvais temps?

Nous avons commencé l’année en tête à tête…pour un dîner avec Notre-Dame pour seule compagnie (ou presque).

Des saveurs méditerranéennes, de la fraîcheur…pour alléger le menu d’un week-end qui était tout sauf diététique, mais quand on aime, on ne compte pas (les calories), dit-on…

Comment aurais-je pu avoir faim ou soif, quand chacun de mes désirs étaient devancés?

Un couple sur et sous les ponts de Paris, qui suivait un trajet décidé au fur et à mesure,

Nous suivions les lumières, les illuminations des fêtes, et remettions nos pas dans ceux laissés l’an dernier…

Sur les bords de la Seine, il faisait parfois tempête, mais comment aurais-je pu avoir froid, accrochée à ton bras?

Les monuments faisaient place aux vitrines, où les belles figées en poses alanguies nous faisaient parfois rêver…

De si jolies cuissardes, qui dessinaient sur ton visage un sourire gourmand (et qui me ravissaient tout autant).

Comment aurais-je pu trouver le temps long tandis que tu me renvoyais un regard plein d’étoiles?

Nous avons pris du temps pour nous, 3 jours de pur bonheur,

Je n’oublie pas ces instantanés, toi aidant ce jeune et encombré papa à monter les marches d’un métro inadapté aux poussettes d’enfant (la sienne étant en plus largement chargée de paquets)…et souriant lorsque je te faisais remarquer que tu étais en train de t’entraîner pour les prochains mois…toi portant en haut d’autres marches, d’une autre station, une lourde valise appartenant à une pauvre dame « doublée » par des cohortes de messieurs bien peu galants…toi exigeant pour moi la table la plus à l’écart du bruit et le siège le plus confortable…toi veillant à remplir mon verre (d’eau, soupirs….), à me servir de garde du corps dans la cohue du marché de Noël sur les Champs, à veiller sans cesse à ce que je ne risque pas de glisser sur la pavé mouillé…

A toi qui ne comprends pas toujours pourquoi je t’aime autant, à toi qui sembles si ému quand je te dis  « merci » pour ce séjour empli de lumières…Je voudrais dédier ces mots que je trouve si à propos… « Les amoureux sont comme les somnambules, ils ne voient pas seulement avec les yeux, mais avec le corps tout entier ». Jules Barbey d’Aurevilly.

%d blogueurs aiment cette page :